Fibre à 1To/Sec pour bientôt?

Les possibilités offertes par la fibre optique paraissent sans limites. Les abonnés résidentiels peuvent déjà surfer à 100 Mb/s (maximum théorique) tandis que les entreprises peuvent prétendre à un débit proche du gigabit par seconde. De quoi fluidifier franchement l'échange de contenus très lourds par exemple.

Mais l'avenir est encore plus prometteur. L'équipementier Nokia (qui rappelons-le a avalé Alcatel-Lucent) en partenariat avec Deutsche Telekom et l'Université technique de Munich, annonce ainsi s'être hissé à 1 Tb/s. Il n'est pas le seul mais le finlandais a atteint cette vitesse non pas en laboratoire mais en conditions réelles (donc soumise à des fluctuations), entre deux villes distantes de plusieurs centaines de kilomètres.

 

Nokia est parvenu à cette vitesse en exploitant une nouvelle approche de modulation baptisée PCS pour Probabilistic Constellation Shaping qui rend le réseau plus flexible. Il s'agit donc d'une technologie encore expérimentale qui n'entre pas dans le cadre des infrastructures déployées aujourd'hui, comme l'EPON ou le GPON en France.

PCS utilise la technique du multiplexage en longueur d’onde à laquelle a été ajoutée une modulation d’amplitude en quadrature (QAM). De quoi permettre de faire varier l’amplitude de l’onde en fonction de la quantité de données à transmettre.  Concrètement, cette technologie choisit de transmettre les données à travers les points les moins "occupés" des points de constellation qui constituent une fibre optique.

L'intégration de cette innovation aux réseaux actuels n'est pas pour demain mais selon Nokia, l'explosion des besoins la rendra vite indispensable car PCS permettra d'ajuster les débits en fonction des besoins. "Les futurs réseaux optiques ne seront pas développés sous le seul prisme de l'augmentation des débits mais sur leur capacité à s'adapter de manière dynamique à la demande de trafic.", commente Marcus Weldon, CTO de Nokia.

Source : Logo zdnet

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.